IN MEMORIAM – Mercredi 15 octobre. Les enfants, debout !

Si vous avez raté le début >> IN MEMORIAM – Le début !

précédent >> Lundi 13 octobre. L’accident


SUITE DU ROMAN « IN MEMORIAM »


MERCREDI 15 OCTOBRE. LES ENFANTS, DEBOUT !

Je vois bien que Monstre veut me parler. Depuis dix minutes, il rôde dans la cuisine, range les pots qui traînent, remplit le lave-vaisselle, passe un coup d’éponge. Enfin, tout ce qu’il ne fait jamais. Même pas par machisme, juste par complexe de supériorité. Alors que que je prépare le déjeuner des enfants (Peta n’est toujours pas remplacée), il tourbillonne autour de moi. Je décide d’attaquer la première :

— Je t’écoute Léonard.

— Pardon Trésor ?

— Tu veux me dire quelque chose. Parle !

— Ah ! Euh… Eh bien, cela fait plus de vingt-quatre heures que tu es rentrée, trente-deux heures exactement…

— Tu comptes les heures ?

— L’habitude. En général, c’est ton absence que je compte. Le manque. La douleur de l’absence. Mais là ce sont les heures de silence. C’est encore plus long.

— D’accord. Tu as le droit de compter ce que tu veux…

— Et depuis toutes ces heures, tu es muette, distante, froide. Presque… méfiante.

— J’ai peut-être mes raisons, non ?

— Ok ! Ok ! Je suis le vilain. Tu es la femme humiliée. Trahie. Tu souffres de cette histoire stupide. De ce moment de faiblesse. Mais Alice, tu restes ma petite étoile. Je n’aime que toi ! Et puis, quoi ! tu crois, ma belle que je ne souffre pas, moi ? Tu crois que je suis fier de moi, que je n’ai pas honte ? Que je ne ressens pas un sentiment de culpabilité écrasant. Tu penses être la seule à pleurer, que mes nuits sont douces, seul dans notre lit immense. Qu’allongé dans un coin, je ne pleure pas en regardant les ombres au dehors qui semblent m’annoncer des lendemains funestes ? Qu’imaginer perdre ma fée, ma douce, ma mie, ne me projette pas dans un gouffre d’amertume et d’angoisse ? Que je peux encore

— Stop ! Tu te prends pour Châteaubriand ? Pour le tragique, tu repasseras. Tu es déchiré entre quoi et quoi ? Vivre avec à la femme que tu prétends adorer plus que tout ? Ou bien respecter ton devoir de fidélité envers ton épouse ? Quel dilemme… Ben, mince ! En fait, c’est la même femme ! Pas de dilemme ! Pas de problème ! Pas de tragique ! Juste la honte de t’être fait prendre comme un con !

— Écoute…

— Allez, sors de ma cuisine ! Ouste ! Va vivre ta vie de brillant architecte charmeur et enjôleur ailleurs. Disparais ! Fous-le-camp !

Je suis dévorée par la colère. D’ailleurs, j’ai dû faire des yeux terribles car il ne pipe pas mot. Il s’évacue, il se vaporise, il s’écoule hors de la pièce. Je tente de canaliser ma rage en disposant sur la table les bols et les affaires du petit-déjeuner. Je contrôle ma respiration. Ça va mieux. Six heures quatorze. Je suis prête pour aller réveiller les enfants. Mais Monstre réapparait.

— Alice, j’ai oublié de te dire que l’ingénieur de Domotek passera sans doute cette semaine pour commencer à installer l’IA+ pour la maison. C’est Mickaël Lemaire.

— Je l’ai déjà eu au téléphone. Et qu’est-ce que je dois faire ?

— Tu lui laisses toutes les clés et tu réponds à ses questions. Il est même possible qu’il commence aujourd’hui. Il parait que c’est un bon. Un magicien du i-housing !

— D’accord… Autre chose ?

— Euh… oui, tu n’oublies pas le repas avec les Barsacq samedi. C’est important pour moi. Si j’arrive à le convaincre de suspendre l’appel d’offres, j’aurais une chance de lui montrer le boulot de Domotek à temps. Tu imagines, s’il équipe tous les apparts de sa résidence avec mon système, c’est jackpot pour nous ! Je viens juste de déposer le brevet de l’Integrate ! Je suis sûr que ça peut le brancher. Il a une furieuse envie d’être trendy ! Prépare-nous un repas qui déchire. Tu sais…

— Je verrai.

— Écoute, ma fée…

— Arrête avec tes « ma fée, mon trésor, mon étoile… » ! Arrête ! Contente-toi de me dire ce que tu as à me dire. Tu m’exaspères !

Il marmonne un vague truc et s’éclipse. Bon, l’heure tourne… Les enfants, debout !


à suivre…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s